Skip Navigation



Estimez-vous connaître l’assurance vie dans tous ses aspects ou avez-vous toujours pris soin d’éviter le sujet? Si l’assurance vie est pour vous un mystère, vous n’êtes pas seul. En fait, seulement 16% des Canadiens ayant répondu au sondage ont l’impression de bien comprendre le fonctionnement de l’assurance vie1. Qui plus est, de nombreuses personnes croient que les mythes qui circulent sont vrais.

 

Eh bien, nous remettons les pendules à l’heure en déboulonnant six grands mythes.

 

 

« Seulement 16 % des Canadiens ayant répondu au sondage ont l’impression de bien comprendre le fonctionnement de l’assurance vie.»1 – L'Institut Info-Patrimoine BMO

Mythe no 1: L’assurance vie est trop complexe.

 

Penser à l’avenir, en particulier à sa propre mort, peut être déprimant. De plus, les différents types d’assurance vie peuvent porter à confusion. Encore une fois, vous n’êtes pas la seule personne à penser ainsi. Pas moins de 88% des répondants canadiens ne connaissent pas bien les options qui s’offrent à eux en matière d’assurance vie.2

Il s’agit cependant d’une décision importante qui a des répercussions sur votre sécurité financière future et sur celle de vos êtres chers. Il vaut mieux ne pas l’écarter du revers de la main.

 

Comment fonctionne l’assurance vie? Commençons par les principes de base. Il existe deux types d’assurance courants:

 

L’assurance vie temporaire offre une protection pour une période déterminée, habituellement 10, 20 ou 30 ans. Cela vous laisse le temps de rembourser vos prêts étudiants ou hypothécaires ou de voir vos enfants quitter le nid familial. C’est généralement un bon choix pour les plus jeunes, car les primes sont peu élevées. Encore mieux, c’est un produit souple qui vous permet de choisir le montant d’assurance que vous souhaitez obtenir.

 

L’assurance vie permanente offre une protection à vie, à condition que vous continuiez à payer vos primes. Selon le produit que vous choisissez, le taux de vos primes peut rester le même au fil des ans. Il est possible que vous préfériez avoir la tranquillité d’esprit de savoir que votre couverture durera toute votre vie.

 

Ces deux types d’assurance versent une prestation à vos bénéficiaires si vous décédez. Si vous avez signé un contrat d’assurance vie temporaire 10 ans de 100 000 $, votre bénéficiaire (votre conjoint, par exemple) recevra ce montant si votre décès survient au cours de la période de 10 ans.

 

Conseil : Contrairement à la croyance populaire, il n’est ni complexe ni très long de souscrire une assurance vie. Vous pouvez facilement déterminer le montant d’assurance vie dont vous avez besoin grâce à notre calculateur pratique et soumettre une demande en ligne dès maintenant.

 

 

« 88% des répondants canadiens ne connaissent pas bien les options qui s’offrent à eux en matière d’assurance vie. »2 – L'Institut Info-Patrimoine BMO

Mythe no 2: L’assurance vie coûte trop cher.

 

Selon un rapport de L’Institut Info-Patrimoine BMO, 38 % des répondants canadiens croient que l’assurance vie coûte trop cher. Dans les faits, selon votre âge, votre état de santé et vos besoins, le coût d’une assurance vie peut être moins élevé qu’un souper au restaurant.

 

Par exemple : Une police d’assurance vie TermeAvantage 10 ans de 100 000 $ peut coûter environ 10 $ par mois pour une femme de 30 ans non fumeuse. Il vous suffit d’oublier deux lattés ou un repas entre amis et d’investir ce montant dans une assurance. La tranquillité d’esprit qui en découlera peut en valoir la peine, car vous saurez que vous bénéficiez d’une couverture.

 

 

Pouvons-nous vous aider?

 

L’un de nos conseillers en assurance autorisés peut communiquer avec vous. Demandez qu’on vous appelle maintenant.

 

Demander un appel

 

 

 

 

Mythe no 3 : Je suis jeune et en santé… Je n’ai pas besoin d’assurance vie.

 

Voyez-le de cette façon: Votre besoin d’assurance vie ne relève pas tellement de votre âge que de l’ampleur de vos responsabilités financières. Si vous êtes marié, imaginez si un incident survenait et que votre famille devait continuer sans vous ou votre revenu. Votre conjoint pourrait avoir à rembourser des dettes contractées pendant le mariage, sans oublier qu’il devra brusquement payer seul les versements hypothécaires et les autres dépenses. Grâce à l’assurance vie, vous pouvez subvenir aux besoins financiers de votre famille, même après votre décès.

 

De plus, même si vous avez récemment terminé vos études et que vous n’avez ni conjoint ni enfants, le coût des traitements médicaux non couverts par le régime d’assurance public et les frais funéraires pourraient endetter vos proches, comme vos parents, d’un montant qu’ils n’ont pas les moyens de payer. Si vous avez une assurance vie, le montant que vos bénéficiaires recevront à votre décès pourra être utilisé pour couvrir ces dépenses.

 

 

Mythe no 4 : L’assurance vie et maladie que j’ai au travail est suffisante.

 

Il se peut que vous ayez contracté une police d’assurance vie par l’entremise de votre employeur et que vous pensiez que cette protection est suffisante. Toutefois, cette police d’assurance pourrait ne pas répondre à vos besoins si une véritable urgence survenait. Nous vous recommandons de vérifier votre programme d’avantages sociaux ou de demander à votre employeur quelles sont les options qui s’offrent à vous. Le montant suffira-t-il à couvrir les frais funéraires, la perte de revenus, les dettes, etc.?

 

Conseil : Même si votre employeur offre une assurance vie haut de gamme, il est possible que vous finissiez par relever de nouveaux défis ailleurs et que vous n’ayez plus accès à cette protection. Lorsque vous achetez une assurance vie individuelle, elle vous suit partout.

 

 

Mythe no 5 : Un seul d’entre vous a besoin d’une assurance vie.

 

Vous pensez peut-être que seule la personne touchant le revenu le plus élevé doit acheter une assurance vie.

 

Or, chaque fois que la dynamique familiale change, il est possible que les dépenses augmentent soudainement. Disons que vous restez à la maison pour vous occuper des enfants pendant que votre conjoint travaille. Si quelque chose vous arrivait, votre conjoint devrait tout à coup régler les coûts des funérailles et les frais de garde des enfants et chercher comment concilier travail et obligations familiales à titre de chef d’une famille monoparentale.

 

Vous conviendrez que c’est un sombre tableau. Une assurance vie peut faire en sorte qu’une situation déjà catastrophique ne soit pas aggravée par de lourdes conséquences financières.

 

 

Mythe no 6 : Tout ce dont j’ai besoin est une assurance vie et l’assurance maladie.

 

Bien que ces deux assurances soient importantes, une autre que vous pourriez envisager est l’assurance en cas de maladie grave. Si vous recevez un diagnostic de maladie grave, vous et votre famille aurez probablement à payer d’importants montants imprévus à un moment où vous (et possiblement un proche qui vous soutient) n’êtes peut-être plus en mesure de travailler. Une assurance en cas de maladie grave peut vous aider à contourner les difficultés financières tandis que vous vous efforcez de vaincre la maladie.

 

Certaines polices d’assurance vie offrent des avenants qui vous permettent d’ajouter une assurance en cas de maladie grave ou d’invalidité causée par une blessure accidentelle pour un coût supplémentaire. Une autre option consiste à souscrire une assurance en cas de maladie grave séparément.

 

Nous ne pouvons pas contrôler tout ce qui nous arrive, c’est vrai, mais nous pouvons mieux nous préparer à affronter ce que la vie nous réserve.

 

Songez-vous à souscrire une police d’assurance vie? Obtenez une soumission dès aujourd’hui!



Ready to Explore?




1Sondage de BMO Assurance mené par Pollara auprès d’un échantillon en ligne de 1 002 Canadiens âgés de 18 ans ou plus, entre le 22 et le 24 octobre 2014.

2Sondage de BMO Assurance mené par Pollara auprès d’un échantillon en ligne de 1 005 Canadiens âgés de 18 ans ou plus, entre le 2 et le 4 juillet 2014.

 

 

 

 

These comments are general in nature and should not be construed to be legal or tax advice, as each client’s situation is different.

 

Please consult your own legal and tax advisor.