Changer la langue | Région*
American flag

*Les produits et services décrits dans nos sites Web ne sont offerts qu’aux résidents du pays sélectionné.

Choisissez votre page d’accueil

AccueilServices aux particuliersGestion de patrimoinePMEServices aux entreprisesSociétés et institutionsÀ propos de BMO

Discours

« Relever la barre d'un cran »
L'allocution prononcée par Karen Maidment, Chef des finances et des affaires administratives, BMO Groupe financier, L'Assemblée annuelle des actionnaires de la Banque de Montréal
 

Toronto, Ontario, le 1 mars 2007
 

Cliquez ici pour consulter la présentation diapo

(Sous réserve de modifications)

Après les diapos 1 à 11

DIAPO 12 - Karen Maidment, chef des finances et des affaires administratives

Merci, David, et bonjour à tous.

C’est formidable de pouvoir faire rapport aux actionnaires en cette stimulante période de transition et de croissance que connaît actuellement notre organisation.

Notre chef de la direction sortant et celui qui prend sa relève ont parlé ce matin des réalisations de BMO et des plans établis par l’organisation en vue de sa croissance et de sa réussite futures. J’ai maintenant le plaisir de vous faire le compte rendu du rendement financier que nous avons produit pendant l’exercice 2006 et le premier trimestre de l’exercice en cours.

DIAPO 13 - Mise en garde concernant les déclarations prospectives

Comme certains de mes commentaires seront de nature prospective, permettez-moi de vous rappeler la mise en garde mentionnée plus tôt au cours de l’assemblée.

DIAPO 14 - Rendements constants et de qualité supérieure sur le capital investi

Depuis longtemps, les investisseurs comptent sur BMO pour leur procurer des rendements constants et de qualité supérieure sur leur capital.

En nous efforçant de satisfaire vos attentes – et même de les dépasser chaque fois que c’était possible –, nous avons produit un revenu net record en 2006. Comme le président du conseil l’a fait remarquer, l’exercice 2006 est le quatrième de suite au cours duquel BMO a réalisé des résultats records.

Grâce au revenu net record que chacun des groupes d’exploitation a enregistré, au faible volume et à la stabilité des pertes sur créances et à un taux d’imposition plus favorable, votre résultat par action s’est accru de 11,2 % et le rendement des capitaux propres a atteint 19,2 %.

Au cours de l’exercice, nous avons également augmenté votre dividende trimestriel de 16 cents, soit de 35 %, par rapport au quatrième trimestre de 2005. Notre leadership en matière de dividendes s’est révélé un élément marquant de l’exercice, mais je reviendrai sur ce sujet un peu plus loin.

Le rendement total sur un an des actions ordinaires de BMO s’est chiffré à 24,1 % en 2006, ce qui nous classe au deuxième rang parmi notre groupe de référence du Canada. Au cours des cinq derniers exercices, nos actionnaires ont tiré de leur investissement un rendement total moyen de 19,1 % par année.

Nous devons néanmoins accélérer notre croissance et fournir un rendement d’exploitation supérieur pour atteindre notre but de haute performance.

Le principal message que je tiens à vous transmettre aujourd’hui est que nous avons fait le pari de relever d’un cran la barre de la performance de BMO.

DIAPO 15 - Exercice 2006 – Résultats financiers

Examinons de plus près les résultats financiers de l’exercice 2006.

DIAPO 16 - Exercice 2006 – Résultats financiers

Nous avons franchi un cap important en 2006, puisque le revenu total de l’exercice selon les états financiers a dépassé la barre des 10 milliards de dollars : il s’est en effet accru de 1,5 % par rapport à 2005 et s’établit à 10,1 milliards. Le revenu a augmenté de 577 millions, soit de près de 6 %, si l’on exclut l’incidence de Harrisdirect (une entreprise que nous avons vendue en 2005) et celle de l’affaiblissement du dollar américain.

Les frais ont pour leur part augmenté de 0,3 % selon les états financiers, ou de 6,1 % abstraction faite de la vente de Harrisdirect et de l’affaiblissement du dollar américain. Cette hausse est attribuable à deux facteurs clés : d’abord, la croissance des activités dans les secteurs aux coûts variables plus élevés, par exemple les activités de négociation du groupe Services d’investissement; et, ensuite, notre décision stratégique d’investir dans notre réseau de services bancaires aux particuliers et aux entreprises, au Canada et aux États-Unis, afin de pouvoir mieux servir nos clients.

Après déduction des frais, des dotations à la provision pour pertes sur créances et des impôts (tel que l’indique cette diapo), le revenu net de l’exercice a dépassé les 2,6 milliards de dollars, une augmentation de plus de 11 % par rapport à 2005, comme nous l’avons mentionné précédemment.

DIAPO 17 - Nous avons atteint ou dépassé quatre de nos cinq cibles financières en 2006

Nous avons dépassé quatre des cinq cibles financières que nous nous étions fixées pour l’exercice, soit la croissance du résultat par action, le rendement des capitaux propres, la dotation à la provision spécifique pour pertes sur créances et le ratio du capital de première catégorie.

L’amélioration de 25 points de base du ratio de productivité avant amortissement n’a pas atteint la cible visée, car nous avons pris la décision délibérée d’investir dans notre réseau de distribution canadien en modernisant presque toutes les succursales de BMO Banque de Montréal et en remplaçant pratiquement tous nos guichets automatiques. Cependant, nous avons amélioré le ratio de productivité avant amortissement de 538 points de base au cours des trois derniers exercices, et cette importante mesure à long terme demeure pour nous une priorité absolue.

En 2006, nous avons également maintenu les excellents résultats de BMO en matière de gestion du risque de crédit, ce dont nos clients comme nos actionnaires bénéficient.

Nous avons géré efficacement les fluctuations qu’a subies le taux de change des devises canadienne et américaine. Aussi, l’affaiblissement du dollar américain n’a réduit notre revenu net que de 24 millions de dollars pour l’ensemble de l’exercice, ce qui représente moins de 1 % du revenu net.

Enfin, notre ratio de capital de première catégorie, qui s’établissait à 10,22 % à la clôture de l’exercice, reflète les excellents résultats que nous avons obtenus au chapitre du revenu net et il nous met en bonne position pour l’avenir.

DIAPO 18 - Leadership en matière de rendement de l'action

Parmi les points marquants de l’exercice, il en est un qui, à mon avis, ressortira plus nettement quand les actionnaires de BMO se remémoreront l’exercice 2006. Il s’agit du leadership dont nous avons fait preuve en augmentant notre ratio de distribution pendant une période où les actionnaires accordent beaucoup plus d’importance au rendement.

En mai dernier, nous avons en effet établi la fourchette cible du ratio de distribution entre 45 % et 55 % du résultat net attribuable aux actionnaires, ce qui en fait la plus haute de notre secteur d’activité. Incidemment, nous avons procédé à cette hausse avant que le gouvernement n’annonce la modification du traitement fiscal des fiducies de revenu.

Au total, les dividendes versés en 2006 se sont accrus de 18 % par rapport à l’exercice précédent, passant à 2,13 $ l’action.

Un peu plus tôt ce matin, nous avons annoncé une augmentation de 4,6 % du dividende trimestriel, qui passera à 0,68 $ l’action ordinaire. La hausse se chiffre ainsi à 28 % depuis un an et notre ratio de distribution s’établit maintenant à 51 %, le plus élevé au sein de notre secteur d’activité. Il s’agit du 15e exercice de suite où BMO accroît son dividende.

L’augmentation du ratio de distribution reflète la confiance qu’a la direction dans notre capacité d’accroître le revenu net de façon soutenue. Elle est également le reflet de la solidité de l’assise financière de BMO, qui nous procure une grande souplesse en matière de gestion du capital. Les entreprises qui créent le plus de valeur haussent régulièrement leurs dividendes.

DIAPO 19 - T1 2007 – Résultats financiers

Intéressons-nous maintenant au premier trimestre de l’exercice 2007. J’ai le plaisir d’annoncer que nos trois groupes d’exploitation ont enregistré une croissance généralisée et un revenu net de qualité supérieure.

DIAPO 20 - T1 2007 – Croissance généralisée et revenu net de qualité supérieure

Le revenu net se chiffre à 673 millions de dollars pour le trimestre, si on exclut la charge de restructuration de 135 millions de dollars avant impôts (ou 88 millions après impôts) qui a été annoncée au mois de janvier.

De cette charge de restructuration, environ 117 millions sont affectés aux indemnités de départ en rapport avec la suppression de quelque 1 000 emplois des secteurs où le travail s’effectue en majeure partie sans contact direct avec la clientèle, dans l’ensemble des fonctions de soutien et des groupes.

Il n’a pas été aisé de prendre des décisions d’affaires entraînant des suppressions d’emplois. Ce n’est jamais facile. Toutefois, nous devons à nos clients et à nos actionnaires de simplifier notre méthode de travail et d’offrir un soutien plus efficace à nos collègues des ventes et service qui traitent directement avec la clientèle.

Il s’agit là d’une mesure essentielle si nous voulons atteindre le service à la clientèle supérieur, le rythme accéléré et la croissance accrue qui assureront notre réussite future.

Si on exclut la charge de restructuration des résultats dont nous avons discuté aujourd’hui, le résultat par action s’est accru de 11 % par rapport à la même période de l’exercice précédent, le rendement des capitaux propres s’est établi à 18 % et l’excellent rendement de notre portefeuille de prêts s’est maintenu.

DIAPO 21 - Faits saillants du premier trimestre de 2007

Cette diapo indique les principaux éléments qui composent notre revenu trimestriel, abstraction faite de la charge de restructuration.

Nous avons produit un revenu total de 2,6 milliards de dollars. Déduisons de ce revenu des frais s’élevant à 1,6 milliard, une dotation à la provision pour pertes sur créances de seulement 52 millions et des impôts et participations minoritaires atteignant 264 millions, et nous obtenons un revenu net de 673 millions de dollars pour le trimestre.

Le revenu net a ainsi enregistré une hausse de 67 millions, ou de 11 %, par rapport à la même période l’an dernier.

DIAPO 22 - Croissance du revenu des groupes d’exploitation (en millions de dollars)

Selon les états financiers, le revenu a enregistré au premier trimestre une croissance sur 12 mois de 4,1 %, les trois groupes d’exploitation ayant contribué à cette augmentation.

La hausse du revenu s’est chiffrée à 5,5 % dans le cas des Services bancaires Particuliers et entreprises. Les progrès réalisés dans notre secteur de détail canadien sont particulièrement encourageants. En effet, le revenu a grimpé de 6,4 % au sein des Services bancaires Particuliers et entreprises – Canada, qui ont connu une croissance vigoureuse à l’égard tant des prêts personnels que du crédit aux entreprises et conquis une plus large part de ces deux marchés. Le revenu produit par le groupe Gestion privée a augmenté de 8,9 % grâce à la croissance réalisée dans tous les secteurs d’activité. Enfin, le revenu du groupe Services d’investissement a reculé de 3,6 %, une baisse qui s’explique par le fait que les résultats de l’exercice précédent comprenaient des revenus de négociation records.

Les frais ont augmenté d’à peine 0,8 % par rapport à la même période l’an dernier. Nous avons bénéficié d’un effet de levier d'exploitation, la croissance du revenu ayant dépassé celle des frais de 1,3 point de pourcentage.

Le revenu demeurera une priorité tandis que nous nous appliquerons à améliorer le service à la clientèle et à accroître les ventes.

DIAPO 23 - Nous sommes sur la bonne voie pour atteindre les cibles financières de 2007

Nous sommes sur la bonne voie pour atteindre les cibles financières que nous nous sommes fixées pour l’exercice 2007 :

  • La croissance de 11 % du résultat par action dépasse l’augmentation de 5 % à 10 % par année que nous visons.
  • À 18 %, le rendement des capitaux propres se situe à l’intérieur de notre fourchette cible de 18 % à 20 %.
  • La dotation de 52 millions de dollars à la provision spécifique pour pertes sur créances reflète le niveau peu élevé et stable des pertes sur créances et le maintien de l’excellent rendement de nos portefeuilles de prêts. Nous prévoyons maintenant une dotation à la provision spécifique de 325 millions ou moins en 2007, soit 75 millions de moins que les 400 millions visés.
  • Et l’amélioration de 72 points de base que le ratio de productivité avant amortissement a enregistrée par rapport à la même période l’an dernier est conforme à notre cible annuelle de 100 à 150 points de base.
DIAPO 24 - Réalisation des cibles de rendement

La direction est déterminée à préserver la réputation qu’a BMO de fournir des rendements constants tout en accroissant la valeur à long terme pour les actionnaires; elle est bien sûr consciente que cela ne se fera pas sans léger heurt.

Nous sommes d’avis qu’il faut fixer des cibles ambitieuses mais réalistes, visant à exiger le maximum de nos leaders et à leur poser des défis, tout en prenant très au sérieux nos engagements envers les actionnaires.

En jetant un regard en arrière sur les cinq derniers exercices, on constate que nous avons d’excellents antécédents quant au respect de nos engagements. En effet, au cours de cette période, nous avons atteint ou dépassé 21 de nos 24 cibles.

Pour 2007, nous avons haussé la barre du pourcentage de croissance qui doit provenir de l’augmentation du rendement d’exploitation.

Comme Bill Downe l’a clairement expliqué, ce à quoi nous nous attachons avant tout en ce moment est l’augmentation du rendement global de BMO. Nous sommes persuadés de pouvoir réaliser une croissance plus importante et plus rapide en investissant une plus grande part de nos ressources dans les activités où le personnel est en contact direct avec la clientèle. Cette initiative s’inscrit dans un effort général pour assurer la croissance en répondant mieux aux besoins de nos clients.

Diapo 25 - Leadership en matière de gestion du risque, de communication de l’information financière et de gouvernance

L’importance que nous accordons à l’intensification du rendement s’étend à chaque secteur de notre organisation. Par exemple, nous travaillons également à mieux tirer avantage de notre expertise en matière de gestion du risque en adoptant une approche plus novatrice de l'équilibre entre le risque et le rendement. J’ai discuté de notre leadership en matière de gestion du risque lors de la dernière assemblée annuelle.

Nous renouvelons aussi notre engagement de maintenir la position de chef de file de BMO en ce qui concerne la communication de l’information financière et la gouvernance en général, dont Tony Comper a parlé et qui est largement reconnue par les spécialistes de ce domaine. Notre Rapport annuel, par exemple, a récolté des prix plusieurs années de suite; l’an dernier entre autres, l’Institut Canadien des Comptables Agréés nous a décerné le Prix d’excellence en information financière, tous secteurs confondus.

Néanmoins, les actionnaires doivent comprendre que pèse sur nous un fardeau financier de plus en plus lourd par suite de l’adoption d’une masse de règlements normatifs. Pas seulement sur BMO d’ailleurs, mais sur le secteur des services financiers tout entier. C’est pourquoi je suis ravie que les législateurs américains soient en train de débattre de certains des éléments les plus onéreux de la loi Sarbanes-Oxley.

Je tiens à souligner que BMO appuie sans réserve les principes énoncés dans la loi Sarbanes-Oxley, qui vise avant tout davantage d’information financière et une plus grande clarté dans la communication de celle-ci. En fait, bien avant l’adoption de cette loi, nous avions déjà mis en œuvre un grand nombre des mesures qu’elle prescrit. Nous appuyons également les principes qui sous-tendent le Nouvel accord de Bâle et la législation relative à la lutte contre le blanchiment d’argent.

Toutefois, le respect de toutes les obligations prévues par l’ensemble de la réglementation en vigueur représente maintenant pour notre seule organisation une facture annuelle qui s’élève à des dizaines de millions de dollars.

Bien qu’elles soient importantes et partent d’une bonne intention, ces initiatives ont un effet qui n’était pas voulu : celui de gêner l’usage du bon jugement en affaires et de freiner la croissance; et nous devons absolument trouver des moyens de réduire les coûts énormes de la conformité.

À BMO, nous contribuerons de manière constructive aux discussions en cours, tout en maintenant nos normes élevées en matière de communication de l’information et de gouvernance et en ne cessant de les améliorer.

DIAPO 26 - Relever la barre d’un cran

Pour conclure mon message aux actionnaires, je veux insister de nouveau sur les récents résultats de BMO en ce qui concerne la création de valeur. Vous avez obtenu un rendement de plus de 24 % sur vos actions ordinaires au cours de l’exercice 2006.

En même temps qu’il produisait ce rendement, BMO :

  • a effectué des investissements stratégiques afin de répondre aux besoins de nos clients et d’accroître le revenu;
  • a maintenu notre solide assise financière;
  • s’est classé en tête de notre secteur d’activité pour ce qui est du ratio de distribution.

Mais tout cela, c’était l’an dernier. Aujourd’hui s’amorce une ère nouvelle pour BMO – une ère au cours de laquelle nous relèverons d’un cran la barre de la performance de BMO pour nos actionnaires.

DIAPO 27 - Karen Maidment, chef des finances et des affaires administratives

Pour finir, je voudrais rendre hommage à mon patron, Tony Comper, à l’occasion de sa dernière participation à un événement officiel à titre de président et chef de la direction. C’est un honneur d’avoir travaillé aux côtés d’une personne possédant son intelligence, ses valeurs et sa vaste connaissance de notre secteur d’activité; l’expérience s’est révélée extrêmement enrichissante.

Je tiens à vous dire personnellement merci, Tony, pour m’avoir servi de mentor, et merci pour votre esprit généreux : vous m’avez constamment soutenue et encouragée et je vous en suis très reconnaissante. Je vous souhaite, à vous et à Elizabeth, une vie magnifique après BMO.

J’aimerais aussi offrir mes plus sincères félicitations et mes meilleurs vœux à Bill Downe. Bill, je sais que vous ferez de l’excellent travail et ce sera un grand plaisir pour moi de collaborer avec vous afin de relever la barre un cran plus haut. Merci beaucoup.

DIAPO 28 - Relations avec les investisseurs

Coup d'oeil sur les marchés
À
Dernier Variation   
BMO TSX
BMO NYSE
TSX Comp
DJIA
cta_djsi10.gif


DJSI_2010